Modifier
Kevin Martin, un homme sans histoire

Kevin Martin, un homme sans histoire

Catherine LANG

Entre le petit deux-pièces qu’il a hérité de sa grand-mère et son travail à l’accueil de la mairie, l’existence de Kevin Martin se résume à un emploi du temps minutieusement réglé. La journée s’écoule dans une succession d’activités qui sont autant de rituels attendus, sans surprises et sans aspérités.

Derrière son comptoir lisse et bien rangé, Kevin Martin offre la figure d’un employé modèle, obéissant et consciencieux. Ses seuls mouvements de révolte sont ceux qu’il a quand il voit à la télévision les petites filles que les adultes instrumentalisent outrageusement, de façon racoleuse et vulgaire dans les concours de mini-miss.

Il y a bien ses collègues qui le trouvent un peu bête. Certains croient qu’il est homo. Kevin Martin sait que beaucoup le jugent médiocre. Et cela lui convient tout à fait.

Car, derrière son quotidien méticuleusement organisé, Kevin Martin cache un secret, celui qu’il partage avec les petites filles et qui ne doit jamais être découvert.

Lire la suite
Éditeur : Ecrivayon Langue : français
Genre : Littérature Sortie : 13 août 2013
Sous-genre : Roman

Disponible chez :

Disponible chez :

Ils en parlent sur le web

Je suis une inconditionnelle de Catherine Lang qui, selon moi, est LA meilleure auteure indépendante que je connaisse. Son style épuré, dépouillé, convient parfaitement à cette nouvelle puisque c'est... Lire la suite
2 years ago
Avant de commencer, des remerciements sont de rigueur auprès de l'auteure, Catherine Lang, pour m'avoir permis de lire son livre. En fait de livre, il est très court, 35 pages en Kindle, mais la quant... Lire la suite
4 years ago

EBOOK DANS LA PROMO KINDLE D'AOUT 2015

Paroles de lecteur

J'y pense encore. Un texte d'une rare qualité. 27 octobre 2014
Car j’ai été captivé par la justesse des observations et du ton adopté. Tous les personnages - divers et nécessaires - sont là, et sans fausse note. C’est du grand art, oui. Comme la véritable élégance est celle qui ne se remarque pas, la vraie grande littérature est celle qui vous fait, en douceur, devenir partie prenante d’un texte. C’est rare. Ça vient de m’arriver.
Tutoyer l’horreur
L'auteure maîtrise ses mots et dérange. Le style y est efficace, réaliste et terriblement cru.
Sur un sujet à priori très « casse-gueule », ce court récit réussit l’exploit d’être à la fois complètement prenant et tout à fait glaçant. Ni réquisitoire, ni plaidoyer, dans un style totalement maîtrisé, il illustre la banalité – la terrible banalité – de la pulsion la plus inavouable et la plus réprouvée.
Un livre terrible
Comment fait donc Catherine Lang pour entrer dans l'intimité ( et la vérité) de cet homme banal et nous dire avec des mots simples et beaucoup de sobriété le mystère de cet homme en réalité hors du commun? On ne sait pas. Elle a l'art de lire chez les autres les choses cachées, difficiles à déceler et à les faire vivre sur le papier... Un livre terrible.
Un coup dans l’estomac
Le sujet était particulier, très sensible, difficile à traiter. Dans son style particulier mais terriblement efficace, cette nouvelle nous entraîne dans les méandres sulfureux des pulsions du principal personnage.

Lire la suite

Biographie

Catherine LANG

De la littérature blanche à l'érotisme, en passant par la poésie.
Du chaud, du froid, du glaçant même, du brûlant parfois, des objets littéraires qui explorent la nature humaine et le monde d'aujourd'hui, qui expérimentent différentes formes d'écriture.
A saluer : la prise de risque de l'auteur qui s'aventure parfois sur des pistes littéraires atypiques et des genres délaissés (cf Les ballerines bleues, roman policier épistolaire). Une écriture expérimentale, dépouillée à l'extrême (cf La gare de Merlimont et Kevin Martin, un homme sans histoire), faisant la part belle aux images, dans un style qui pourra dérouter les amateurs de récits "classiques" (cf La gare de Merlimont et Le quart des choses).
Catherine elle écrit des bouquins, C'est sa bouche de lavage dans les rues en pente de son cerveau. C'est comme un torrent, mais un torrent de rigole : c'est dramatique et dérisoire.
Ça circule, ça vit, ça palpite... à toute allure mais comme si le temps était
suspendu à la fois...Elle démastique, elle ventile, c'est du lourd, c'est du sec, c'est sans gras ! Catherine LANG parle de nous, un peu, beaucoup, sans en avoir l'air, en appuyant juste où ça fait mal.

Pour en savoir plus, blog de l'auteur : ecrivayon.over-blog.com

Lire la suite

Du même auteur

Écrire à l'auteur

Vous devez être connecté(e) pour envoyer un message. Se connecter

track